Troubles de la sexualité

Définitions

D'après Araoz et Bleck dans leur ouvrage "L'épanouissement sexuel par l'Autohypnose":

Un trouble sexuel peut être défini comme tout ce qui empêche de connaître régulièrement un plaisir sexuel complet. Il peut survenir dans chacune des phases du cycle de la sexualité humaine.Une difficulté sexuelle rencontrée de manière occasionnelle ne constitue pas un trouble sexuel

Le concept de rapport complet est très subjectif. Les critères varient beaucoup d'une personne à une autre et d'un sexe à l'autre. Ce que l'on peut retenir c'est l'idée de la régularité de l'insatisfaction des relations sexuelles, quel que soit le critère d'évaluation.

D'après les mêmes auteurs, le cycle de la sexualité humaine est composé de trois phases:

  1. Le désir
  2. L'excitation
  3. L'orgasme

Dans cette perspective les troubles sexuels peuvent être classés de la manière suivante:

PhaseSexeDéfaillance
DésirLes deuxIntérêt faible ou nul pour la sexualité
ExcitationLes deuxDouleur et gêne pendant les rapports
Sensations physiques faibles ou nulles pendant les rapports.
HommeÉrection incomplète, brève, absente ou douloureuse.
FemmeLubrification insuffisante
Relâchement musculaire insuffisant
Vaginisme
OrgasmeLes deuxAbsence d'orgasme
HommeÉjaculation prématurée ou retardée
Éjaculation sans plaisir
Absence d'éjaculation
FemmePlaisir sexuel insuffisant pendant l'orgasme

Modèle thérapeutique

Comme beaucoup de fonctions humaines, les troubles sexuels peuvent avoir des origines physiologiques ou psychologiques. En cas de trouble, la première chose à faire est de consulter un médecin pour supprimer toutes les causes physiologiques. Par exemple après une épisiotomie il est fréquent que des femmes éprouvent des douleurs à la pénétration à cause du manque d'élasticité de la cicatrice. Des problèmes hormonaux peuvent intervenir, par exemple au moment de la ménopause, et diminuer l'intérêt pour les relations sexuelles. Des affections comme l'arthrite, le diabète, les problèmes rénaux, les troubles cardiaques, peuvent perturber la sexualité. L'alcool et certains médicaments peuvent aussi empêcher des relations sexuelles satisfaisantes.

L'éjaculation précoce est liée à un manque de contrôle qui peut s'acquérir par l'entrainement. Par exemple voir le livre du Dr Keesling "Comment faire l'amour toute la nuit" qui décrit en détail un programme complet d'entrainement tout à fait efficace.

Le manque de désir ou de plaisir peut provenir d'un mauvais rapport affectif avec le partenaire. Pour beaucoup de personnes, hommes comme femmes, les sentiments sont indispensables à une sexualité satisfaisante. Si ceux-ci viennent à manquer, les relations sexuelles en sont gravement affectées.

Les troubles sexuels restants prennent leur source dans des pensées négatives conscientes ou inconscientes. Celles-ci peuvent avoir de nombreuses origines:

  • Éducation
  • Religion
  • Traumatisme (viol, attouchements dans l'enfance...)
  • Émotivité trop forte
  • Anxiété de performance
  • Croyances erronées sur la sexualité
  • Dépression
  • etc.

Traitements

Lorsque la cause du trouble est inconsciente, la première étape du traitement va consister à explorer l'inconscient pour comprendre ce que sont ces pensées et sous quelle forme elles se présentent, images ou paroles dans la plupart des cas.

Le reste du traitement va bien entendu dépendre des pensées négatives et de leur origine. Le principe général consiste à remplacer ces pensées négatives par d'autres, positives.

Les images peuvent être supprimées en les modifiant progressivement de façon à supprimer le contenu émotionnel qui pouvait être associé. La même idée est utilisée pour des paroles enregistrées, mais avec des techniques différentes adaptées à ce canal sensoriel.

Pour modifier des pensées négatives dues à des croyances, il peut être intéressant de revenir à l'origine de ces croyances que ce soient les parents, les grands-parents ou d'autres personnes. Lorsque cette origine est retrouvée, on travaille sur le souvenir associé sous la forme d'images ou de paroles comme ci-dessus. Puis on met en place de nouvelles croyances que le patient va définir lui-même en fonction de ce qu'il pense et non pas de ce que d'autres ont pensé pour lui.

Exemples de cas

Vanessa 48 ans

Pour Vanessa les relations sexuelles ne sont pas attirantes depuis un viol qu'elle a subi à l'âge de 15 ans. Elle a eu plusieurs compagnons dans sa vie et elle a un enfant, mais elle s'est toujours forcé pour faire plaisir à son homme. Au moment de consulter, elle vit avec un homme avec qui elle n'a eu aucun rapport depuis six ans. Vanessa est manifestement déprimée et elle pense qu'avoir des relations sexuelles satisfaisantes lui permettrait de mieux apprécier la vie.

Après la première séance, centrée sur le traumatisme du viol, Vanessa s'est sentie très légère, elle a eu des rêves érotiques et s'est sentie sexuellement attirée par son compagnon. Malheureusement, celui-ci n'a pas pu avoir d'érection et il ne s'est rien passé. Quelques semaines plus tard, lorsqu'il est revenu d'un voyage et a été demandeur, c'est Vanessa qui s'est sentie à nouveau bloquée. Une deuxième séance a permi de mettre à jour d'autre sources inconsciente de blocage et de les supprimer. Vanessa et son compagnon ont pu alors commencer une nouvelle vie et échanger beaucoup de plaisir dans une sexualité retrouvée.

Durée: 2 séances


Alexandre 59 ans

Depuis près d'un an, Alexandre a des problèmes d'érection. Ce n'est pas physiologique puisqu'il a des érections matinales tout à fait normales et a fait un contrôle médical avant de venir consulter. Lorsqu'il rencontre une femme qui lui plait et qu'il commence à l'embrasser, il a une érection, mais quand ils vont dans la chambre à coucher son érection disparait. Il s'agit clairement d'un problème purement psychologique.

Ses problèmes ont commencé à la rupture avec son ancienne compagne qu'il aimait toujours, mais avec qui la vie commune n'était plus possible. Manifestement, Alexandre n'avait pas tourné la page de cette relation et était en dépression.

Le travail a consisté essentiellement a aider Alexandre à terminer définitivement la relation avec son ex-compagne, et à se réorienter vers le futur. Alexandre a pu retrouver une vie sexuelle normale, et satisfaire sa nouvelle compagne même si celle-ci lui en demande parfois beaucoup. Elle souhaiterait avec un rapport presque tous les jours alors qu'à l'âge d'Alexandre la moyenne des rapports est de l'ordre d'une à deux fois par semaine.

Durée: 1 séance