Améliorer la Confiance en Soi

Qu'est ce que le manque de confiance en soi ?

Le manque de confiance en soi est un mal très répandu. Nous pouvons tous le ressentir à un moment ou un autre. C'est un blocage qui nous empêche d'agir, et nous donne des pensées noires et dévalorisantes.

On retrouve le manque de confiance en soi dans pratiquement toutes les pathologies, mais ce n'est pas en soi une pathologie. C'est une façon d'être résultant d'apprentissages ou de conditionnements précoces. Souvent les personnes qui manquent de confiance en elle se sentent enfermées dans un carcan, elles ont l'impression de ne pas être totalement elles-mêmes, de ne pas développer toutes leurs potentialités.

Le manque de confiance en soi se manifeste généralement par des peurs, des blocages, des inhibitions, qui gênent ou empêchent d'agir. Il se manifeste dans nos relations avec les autres par une sorte de timidité excessive, une réserve permanente : on attend d'être en confiance pour se livrer un peu, on a peur d'être ridicule, on a peur du jugement des autres, etc. On peut également manquer de confiance en soi de façon plus générale, quand il s'agit de prendre une décision, on hésite, on n'ose pas, on tergiverse, on reporte à plus tard, etc.

Le manque de confiance se manifeste souvent par des pensées négatives sur soi-même du genre "je suis nul", "je n'y arriverai jamais", "je suis un incapable", etc., ce qui empêche de démarrer ou simplement de planifier la moindre action.

Modèle thérapeutique

Plusieurs systèmes sont en cause dans le manque de confiance.

Le premier est constitué d'un ensemble de croyances négatives sur soi-même. Ce sont elles qui sont à l'origine des pensées négatives ("je suis nul", "je n'y arriverai jamais", "je suis un incapable", etc.). Ces croyances ont été créées par des expériences de vie, souvent vécues comme des échecs, qui ont été mémorisées à un niveau inconscient. Cet ensemble de croyances sur soi-même forme ce qu'on appelle "l'image de soi" qui est la façon dont on se perçoit et qui détermine l'estime que l'on a pour soi-même.

Le deuxième système est constitué de processus inconscients qui, dans un contexte précis, provoquent une inhibition par la réactivation d'un souvenir inconscient associé à une émotion négative (peur, dégoût, honte, etc.). Contrairement aux croyances, ce système est entièrement inconscient. La personne se sent incapable d'agir, mais sans en comprendre la raison. Par la suite, à cause de cette inhibition, elle peut développer une croyance négative sur elle-même, du genre "je suis incapable de (faire telle ou telle chose)".

Le troisième système est composé de souvenirs conscients, d'expériences vécues comme des échecs. Lorsque la personne pense à agir, ces souvenirs lui reviennent en mémoire et le sentiment d'échec et la souffrance qui en résulte la bloquent et l'empêchent d'agir.

Le quatrième système est composé d'habitudes, de comportements répétitifs qui sont devenus automatiques, alors que la cause initiale a disparu. La personne à pris l'habitude de ne pas agir, et ne pense plus à le faire alors qu'elle en aurait maintenant la possibilité.



Les traitements

Les différents traitements découlent directement des modèles thérapeutiques décrits ci-dessus. Ils sont généralement combinés entre eux.

Travail sur les croyances

Les croyances sont des conclusions qui ont été tirées à une certaine époque d'évènements qui se sont déroulés dans notre vie. Ces conclusions ont été mémorisées à un niveau inconscient, bien qu'elles puissent être perçues consciemment, notamment du fait des pensées négatives qu'elles engendrent. Le premier travail consiste à rendre conscientes ces croyances, puis soit à retrouver l'évènement ou la suite d'évènements qui ont créé la croyance, soit à remplacer cette ancienne croyance par une nouvelle plus positive. Ce travail ne peut être fait que sous hypnose, un travail au niveau conscient n'est généralement pas efficace.

Travail sur les processus inconscients

L'hypnose permet de rendre ces processus conscients puis d'intervenir sur eux pour les arrêter. Ce travail est parfois réalisé sous une forme symbolique. C'est un peu comme dans les rêves, sauf qu'ici la communication avec l'inconscient se fait à double sens, non seulement l'inconscient donne des informations, mais en plus on peut en utilisant le même langage de symboles lui donner des instructions.

Travail sur les souvenirs

Dans ce cas, le travail est fait à un niveau conscient, mais sous hypnose légère pour que cela modifie aussi le niveau inconscient. Il s'agit globalement du même genre de travail que celui réalisé sur les croyances. Il ne s'agit pas de supprimer le souvenir, ce qui est impossible, mais de faire en sorte que celui-ci n'ait plus le même impact sur la vie quotidienne. Le principe de base est le recadrage, technique fondamentale en psychothérapie.

Travail sur les habitudes

Il s'agit d'un travail comportemental, exactement comme dans la Thérapie Cognitive et Comportementale (TCC), par l'intermédiaire de réflexions et surtout d'actions volontaires graduées et dirigées par le thérapeute. L'hypnose peut fortement aider en accélérant l'apprentissage et en donnant au patient des moyens de transformer un comportement automatique, donc inconscient, en un comportement conscient. Petit à petit, un autre comportement, au départ conscient, mais qui devient inconscient et automatique par la suite, prend le pas sur l'ancien comportement, bien entendu le nouveau comportement est choisi pour être plus adapté à la vie actuelle du patient.

Autohypnose et autres aides

L'autohypnose peut être d'une grande aide pour améliorer la confiance en soi. Elle permet de travailler soi-même sur les croyances négatives et limitantes, et de les remplacer par d'autres plus positives. On peut également modifier ses mauvaises habitudes, changer des comportements inadaptés lorsqu'on en a pris conscience.

Un cours d'autohypnose en ligne est disponible sur Internet, pour vous permettre d'apprendre à faire de l'autohypnose et à l'utiliser pour améliorer votre confiance en vous, et cela depuis chez vous, où que vous habitiez, à partir du moment où vous avez une connexion Internet. Cliquez ici pour visiter www.autohypnoseenligne.com.

Il existe aussi, depuis peu, des logiciels de suggestions subliminales qui agissent au niveau inconscient et vous permettent de mettre en place facilement de nouvelles croyances positives. Vous pouvez essayer, par exemple, Subliminal Master, qui a l'avantage d'être totalement paramétrable. Il est livré avec environ un millier de suggestions préparées par un hypnothérapeute professionnel et, en plus de cela, vous pouvez créer et utiliser vos propres suggestions. Ce logiciel agit pendant que vous êtes sur votre PC, quelles que soient vos occupations, sans vous demander le moindre effort supplémentaire.

Exemples de cas

Julien S., 38 ans

Julien est pompier professionnel, marié avec une femme qui a deux enfants d'une précédente union. Il vient consulter pour un état dépressif qui dure depuis quelques années. Très vite il parle de l'image dégradée qu'il a de lui-même : il a le sentiment de ne pas être quelqu'un de bien, qu'il a été un mauvais fils, que son père lui préfère son frère aîné qui est mieux que lui, etc. Pourtant, il a envie de faire des choses, d'avancer et d'orienter sa vie différemment, il sent au fond de lui qu'il est quelqu'un de bien, mais que quelque chose le bloque.

La thérapie a porté sur deux axes, d'abord un travail sur toutes les croyances autour du thème "je suis un mauvais fils", puis un autre sur le blocage du à un processus inconscient. Les croyances négatives étaient liées aux conditions de décès de sa mère, il s'est senti très coupable de ne pas avoir été là à ce moment, et également au comportement de son père qu'il a pu recadrer pour en faire une caractéristique de la personnalité de son père sans rapport avec sa valeur réelle. Le blocage inconscient a été supprimé par un travail symbolique sur des parties en conflits.

durée: 2 séances sur 2 mois.


Etienne H., 38 ans

Etienne est ingénieur, il est marié et a deux enfants. Il vient consulter pour des problèmes relationnels, il se sent mal en présence d'autres personnes, à part sa femme et ses enfants. Il a l'impression d'être jugé en permanence, il a le sentiment d'indisposer ses interlocuteurs, que ce qu'il dit est inintéressant, du coup il se sent bloqué pour parler. Il se stresse et s'angoisse dès qu'il doit se retrouver en groupe ou visiter des clients. Il est taciturne est renfermé, même avec sa femme. Il se sent coupable de ne pas être un bon fils, et il pense que ses parents ne l'aiment pas.

Une recherche sous hypnose a permis à Etienne de retrouver des souvenirs 'oubliés', à l'origine de son manque de confiance dans ses relations avec les gens. A chaque fois, il a fait un recadrage de la situation pour supprimer les deux émotions négatives associées : la peur et la honte. Il a compris que c'était le propre manque de confiance de sa mère qui était à l'origine de ses croyances erronées. Il a pu ensuite faire un travail de désensibilisation en réassociant des sentiments positifs aux relations avec les gens.

durée: 7 séances sur 3 mois.


Suzanne C., 28 ans

Suzanne se sent très peu sûre d'elle-même, elle se sent complexée, en décalage avec son entourage, elle ne comprend pas comment son ami peut s'intéresser à elle. Elle a des pensées négatives du genre: "mon copain va rencontrer une autre femme, la comparer à moi et me quitter". Elle se sent "super inférieure", elle a toujours peur de ne pas être à la hauteur de ce qu'on attend d'elle. Elle trouve que les autres ont une vie plus passionnante que la sienne, elle se croit sans intérêt, elle a peur de dire des bêtises, elle a l'impression de toujours gêner les autres.

Grâce à l'hypnose Suzanne a pu retrouver des souvenirs très anciens qui ont fortement contribué à créer son manque de confiance en elle. Il s'agissait d'évènements dont elle avait des souvenirs conscients, mais auxquels elle ne pensait plus depuis longtemps. Ils concernaient son entrée à la maternelle, ses relations avec une maîtresse qui l'a particulièrement marquée, son entrée au collège, certains souvenirs, concernant ses parents, qui lui ont donné la croyance que ceux-ci ne l'aimaient pas vraiment. Un travail de restructuration sous hypnose lui a permis de se débarrasser de ces croyances et de retrouver une estime d'elle-même plus forte. En fin de thérapie, Suzanne a appris l'autohypnose pour continuer seule le travail amorcé avec le thérapeute.

durée: 4 séances sur 2 mois.


Marine D., 21 ans

Marine est en pleine dépression quand elle vient consulter. Elle a déjà fait trois tentatives de suicide et trois séjours de plus d'un mois en hôpital psychiatrique. Elle a un esprit d'artiste, elle voudrait écrire et peindre, mais elle est bloquée dès qu'il s'agit de s'exprimer. Elle se dit coincée, peu spontanée, pas à la hauteur, inférieure aux autres. En groupe elle suit le mouvement, elle a l'impression de n'avoir rien à dire. En première année de fac de lettres, lors de la première dissertation, elle a passé une nuit blanche pour n'écrire que cinq lignes, le lendemain elle abandonnait la fac et rentrait en hôpital psychiatrique, elle avait envie de mourir. Elle me dit en pleurant: "pour moi, je suis une merde", puis plus tard: "je ne mérite pas d'être heureuse".

L'exploration des processus inconscients a mis à jour des souvenirs oubliés qui lui avaient fait croire que son beau-père ne l'aimait pas du tout, qu'elle était un poids pour sa mère, que ça serait plus facile pour elle si Marine n'était pas là. Rapidement, après un recadrage de ces souvenirs impliquant une modification des croyances associée, le moral a commencé à remonter. Le travail a continué sur d'autres souvenirs et d'autres croyances, jusqu'à ce que Marine décide qu'elle pouvait continuer seule son travail de développement.

durée: 6 séances, sur 10 mois.